Je ne suis pas un héraut !!!

La Cité de Carcassonne a longtemps été un point de défense stratégique pour le royaume de France. Cependant, avec le Traité des Pyrénées, qui officialise la paix entre la France et l’Espagne en 1659, Carcassonne perd sa fonction défensive et frontalière.

Dès lors, l’architecture de la Cité va connaître un destin tragique ! L’armée peine à entretenir les fortifications. Certaines parties des remparts sont démantelées et les pierres utilisées pour d’autres constructions.

Ce n’est qu’en 1839, que Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, un archéologue carcassonnais, lance un cri d’alarme aux autorités afin de sauver la forteresse de la ruine.

A son initiative, les Monuments Historiques envoient l’architecte Emmanuel-Eugène Viollet-le-Duc pour restaurer la Cité. Le projet initial était la restauration de l’ancienne cathédrale Saint-Nazaire et Saint-Celse. Malgré tout, la légende raconte que Viollet-le-Duc est tombé en admiration devant les remparts de Carcassonne. Il a donc choisi de poursuivre son travail sur l’ensemble des fortifications.

Pendant environ 50 ans , l’architecte et ses successeurs ont restauré la Cité afin de lui rendre la monumentalité qu’elle affichait à l’époque royale.

Viollet-le-Duc est un architecte très controversé. Certains historiens lui reprochent ses approximations historiques et architectoniques. Néanmoins, sans son intervention c’est probablement une Cité en ruine que vous visiteriez aujourd’hui.

Vous souhaitez en savoir encore plus ? Découvrez nos visites guidées !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.